top of page
  • Véronique Côté

Photonikplus - De la faillite à la renaissance - Signaturevero

Dernière mise à jour : il y a 1 jour

J'ai du mal à écrire ce texte car il y a maintenant 3 ans que je me cache. J'ai toujours été très transparente avec vous et depuis 2021, j'avance dans un chemin éclairé par la seule lampe de ma conscience. J'ai nettoyer à fond dans toutes les sphères de ma vie. J'ai entamé ce fameux voyage intérieur dont tout le monde parle.


Parfois selon ma volonté et d'autres fois hors de mon contrôle. La vie sait ce qu'elle fait et par la force des choses j'ai appris à lui faire confiance. J'ai encore des failles, des moments ou je crois la vie finie et où je me " terre" en position fœtale. Qu'est ce que la fin sinon un recommencement.


Et oui en mars 2023, Photonikplus inc a fait faillite.


Si je recule en arrière, dans les profondeurs de mes souvenirs, je constate que j'ai toujours écouté la voix de mon cœur. Parfois en lumière et souvent en noirceur. Mon instinct est ma lanterne. Mon inconscient est connecté à la source de ma vie. Sans la maitrise de ma conscience il m'a parfois mené à des endroits où je croyais faire le bien mais en réalité il posait la roche de la déchéance.

Je devais apprendre à reprogrammer mon subconscient et à devenir la créatrice de ma vie.


La fameuse bataille du cœur et de la tête. Mais pourquoi ils se battent toujours ces deux-là.

Y avez-vous déjà pensé ?


Bref, un jour, à l'aube de mes 20 ans, je travaillais dans un dépanneur à temps plein. Je n'aimais pas cette vie triste de sens. J'ai donc fermé les yeux et pris le chemin de l'abandon. J'ai démissionné et suis retourné à la maison sachant très bien que je n'avais plus aucune sécurité financière. J'avais décidé que je voulais devenir photographe et que rien n'allait m'arrêter.


Après des heures et des heures de travail disciplinés, j'y suis arrivée.


J'étais au top avec plus de 600 familles par année, 30 séances par semaine, 5 employés et 3 enfants de 0-5 ans.


En 2009, L'effet réseaux sociaux est arrivé. Facebook a fait naître le raz-de-marée. La vague a bouleversé le fonctionnement du monde des affaires et beaucoup de photographe ont émergés. La gratuité a fait son œuvre. Tout ce que je connaissais venais de s'envoler en une saison.


C'est à ce moment que j'ai posé la première roche. J'ai réfléchi avec ma tête pour la première fois de ma vie.


Je me suis lancé dans la photographie scolaire. La quantité plutôt que la qualité.


Les événements de notre vie ne sont jamais soudains. Si vous réfléchissez bien, vous comprendrez qu'il y a toujours un point marqueur des années auparavant.


La photo scolaire est une zone de turbulence. Une vraie.


50 courriels par jours, 60 messages sur le répondeur chaque matin et pas assez de colonne vertébrale pour tout encaisser.


Les réseaux sociaux n'ont pas inventés " Les haters" vous savez.

Si j'avais la maladresse de prendre un courriel sur mon téléphone pendant un souper entres amis et que ce dernier était hard ou remettait mon travail en question ... Fichu je pleurais toute la soirée.


J'ai toujours été faible dans la discorde. La force que me demande la défense est immense parce que je suis persuadé que l'humain a encore du bon en lui.


Je travaillais 4 mois par année dans le scolaire, du lundi au dimanche de 6:00 du matin à minuit le soir avec 3 enfants entre 7 et 12 ans. Le studio baissait et ma cote sur google aussi. La quantité fait mal à la qualité.


J'avais en contrat 30 écoles, plus de 10 000 enfants par saison et les jeunes amis de mes enfants comme employés. La table de la cuisine était remplie de petit amis qui collait des photos sur des enveloppes pendant que la maman préparait le repas du soir.


J'étais épuisé. Émotionnellement, physiquement, mentalement et à la profondeur de mon Âme qui savait que je faisais tout ça pour un semblant de sécurité financière.


La sécurité n'existe pas. Je répète ... La sécurité est un leurre.


Voilà ce qui m'a menée à ma décision d'arrêter les photos scolaires en 2022. Si vous demandez à mes amies, chaque année à partir de 2018, je disais, c'est ma dernière. En toute honnêteté qui est prêt à sauter dans le vide et dire non à un chiffre d'affaires de 185 000$.


J'ai résisté. J'ai résisté autant que j'ai pu. Je croyais à cette époque que la vie était basée sur le bien-être matériel pour avoir la possibilité d'offrir le mieux à mes enfants afin qu'ils ne manquent de rien.

Je me trompais.


Nos enfants sont le reflet de ce que nous sommes. Ils ne demandent qu'à avoir une vision exemplaire pour grandir en force.


Un jour mon ange m'a dit :


Est-ce que tu souffres ?

J'ai dit : Oui

Il m'a dit : Alors sors de ta tête et entre dans ton cœur.

J'ai dit : ah oui ?

Il m'a dit : Si tu souffres c'est que tu es dans ta tête parce que ton cœur ne te fera jamais souffrir.

Capitch ?


À cet instant, il y a eu comme un déclic. Le temps s'est arrêté et je pouvais voir la poussière voler sous mes yeux à une vitesse inconfortablement lente. J'ai réuni, en moi, la force de mon flux vital et j'ai pesé sur le bouton rouge en fermant les yeux.


Le son bruyant de la machine s'est arrêté. Le tourbillon de l'extérieur s'est cristallisé. Ce qui auparavant allait trop vite, maintenant il respirait en apesanteur.


En 2022, J'ai grandi. Certains diront que j'étais en Burn Out. De mon point de vue j'appellerai ce phénomène le " grand reset ".


J'avais peur de la mort alors que je n'avais aucune idée que c'était en fait ma naissance. Mourir à soi-même est comme le fœtus qui passe le bassin de sa mère. Il doit donner une dernière poussée pour vivre et respirer la création en elle-même.


J'avais construit mon estime de moi à travers mon métier. Il fallait recommencer à la base.


Depuis, ma vie a pris une route que je ne remplacerais pour rien au monde. Mon ange avait raison. Mon cœur ne me fait pas souffrir, bien au contraire. Il me parle d'Amour et de Joie.

Je ne travail pas pour l'argent.


En 2 ans, j'ai appris:


Le détachement - l'humilité - la résilience - le pardon - la confiance, la FOI et la communauté.


Dans la réalité, j'ai été plusieurs fois sans salaire, 4 mois sans voiture, 2 ans sans voir famille et amis. J'ai visité le brouillard, les fonds sablonneux, le goût de l'incertitude et de l'amertume. J'ai gardé cette rage en moi par responsabilité de mes choix puis j'ai pardonné.


Mais une chose est certaine, je reste travailleur autonome avec maintenant plusieurs flèches à mon arc. La couleur de toutes mes expériences qui dorénavant portera mon nom.


Véronique Côté - Signaturevero


Ce qui a été le plus dur, n'est pas d'avoir été en survie pendant un laps de temps et de retourner au bas de l'échelle de Maslow. Le plus dur est de m'accorder le pardon d'avoir abandonné mon cœur en faisant à un moment de ma vie, des choix de peurs et d'obligation.


La vie est en mouvement et si comme moi vous avez le sentiment que votre cœur crie. Le seul conseil que je peux vous donner est de lui faire confiance. De lâcher les armes, de regarder au centre et de vous dire que ce qui arrive à une raison que seule la raison ignore.


Aujourd'hui, Je suis sereine de tout ce que j'ai appris dans ce processus. Je me sens légère du bagage en trop que je laisse derrière.


Je recommence à zéro certes mais pas seule. Je suis maintenant accompagné de mon cœur et de mon esprit qui ne font maintenant qu'un.


Je remercie toutes ces belles Âmes qui sont passés sur ma route cahoteuse pour m'aider à polir mes cailloux. Certains ont passé leur chemin, d'autres marches encore à mes côtés. La vie est remplie de surprises et l'essentiel se cache de notre regard.


Avec Amour


Véronique




453 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page